Rallye d’Epernay Vins de Champagne : les chronos sont là mais on ne concrétise pas

Publié le par Nico106

Voilà une semaine, nous étions « en promenade » dans les coteaux champenois. La déception de notre abandon enfin digérée, me voici pour un petit résumé.

Les reconnaissances se sont déroulées de façon rapide et efficace. En effet sur certaines spéciales, c’était la première fois que la prise de note du premier passage ne nécessitait aucune modification dès le second passage. Les évolutions du système de notes et les expériences acquises étant passées par-là. Après un dernier passage sur les spéciales et les vérifications effectuées ; nous sommes prêts à prendre le départ.

 

Le départ est donné, nous partons avec un beau n°72, un bref passage à l’assistance et direction la première spéciales sous le soleil. Cette spéciale est toute nouvelle, le revêtement est très glissant et la 106 a subi quelques changements depuis les routes du Nord. Nous partirons donc calmement, le rallye est très long. Le premier chrono est « bien mais pas top » mais le comportement de l’auto est beaucoup mieux. Je pars donc confiant sur la seconde spéciale qui, pour moi, est la plus dûre du rallye. Tout s’enchaîne bien, en fin de spéciale on rattrape les deux voitures parties devant nous. Alexis nous accueille à l’arrivée de la spéciale : «super chrono », en effet je jette un coup d’œil au tableau et tout ça à l’air sympa. On rentre sur Epernay en tête de classe F2/13, second du F2000 et aux portes des 20 au scratch. C’est une superbe première boucle.

La seconde sera moins belle, après m'être endormi dans le premier chrono, je veux rattraper le temps perdu. J’en remets une dose presque partout dans la longue spéciale de Chouilly, jusqu’à mettre la dose de trop. Je jette l’auto trop fort pour une épingle et viens taper légèrement un rail de sécurité, une petite marche arrière et dans la précipitation je remets deux rapports et tente de repartir en seconde. L’auto cale et pas moyen de redémarrer, les spectateurs nous poussent mais 30 secondes viennent de s’envoler. Je suis en rage, surtout que sur la suite de la spéciale j’aperçois les deux autres équipages du podium F2000 provisoire abandonner. Varlet et sa Clio profitent de cette boulette pour nous passer devant, nous restons donc second de groupe mais chutons au général. La petite spéciale de 1,9km se passe plutôt bien et on en profite pour essayer la rampe de phare avant le passage de nuit dans Chouilly.

La rampe de phare au xénon est particulièrement efficace, cela faisait longtemps que je ne m’étais pas senti aussi à l’aise sur une spéciale de nuit et le chrono en témoigne.

 

Dimanche matin nous repartons en tête de classe et second de groupe avec une confortable avance et la Clio devant n’est qu’à 19 secondes. La chasse est ouverte. Passage à l’assistance et direction les spéciales, on connaît la spéciale, mais je roule trop brouillon, je malmène mon auto, le pied droit ne reste pas assez au plancher mais on reprend tout de même 3 secondes sur Varlet en 9 Km. C’est pas grand chose mais le calcul est vite fait, compte tenu du nombre de kilomètres à parcourir, ses 19 secondes ne lui suffiront pas. On repart pour la seconde spéciale, je m’applique plus, le premier tronçon de vigne glisse énormément, ça passe en travers ; mais à la sortie de ce tronçon de vigne ça claque fortement à l’avant gauche. Une dernière ligne droite pour une épingle gauche, le levier tremble dans tous les sens, je sors un « c’est la boîte » et impossible de passer les vitesses. On se gare un peu plus loin et notre rallye se termine là. Je soulève le capot, la graisse de cardan dans le compartiment moteur me rassure sur l’état de la boite de vitesse. Sur un appui le tripode s’est arraché de la tulipe et s’est bloqué sur le longeron. Le rallye se termine une nouvelle fois trop tôt, alors que tout était si bien parti.

On recharge l’auto sur le plateau, regardons les rescapés passer durant la 2ème boucle puis retour sur Lille. Je tiens à remercier nos partenaires qui nous permettent de réaliser ce déplacement, tous ceux qui nous ont aidé et soutenu durant le rallye : DD (élu « bucheron d’or ») pour l’assistance, la ph’team pour la « préparation mentale » avant course (tranquille et détendu)…

 

Le prochain rallye sera le rallye de la Lys. C’est un rallye que je connais bien mais la grande nouveauté sera dans l ‘auto, en effet ça sera la première fois que je roulerais avec un autre copilote. Le cobaye sera Jean Charles Huvelle, alias MK2. Son expérience avec d’autres pilotes ainsi que l’analyse qu’il fera sur le déroulement d’un rallye à mes côtés me permettra certainement de mettre le doigt sur des choses à travailler afin d’aller encore plus vite.

Publié dans Résumés

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article